Skip to main content
LUTTER CONTRE L’ISOLEMENT SOCIAL DU CONFINEMENT EN OFFRANT UNE JOURNÉE DE FÊTE AUX ENFANTS.
Tous nos enfants souffrent de l’isolement lié au confinement. Depuis le début du confinement, aucune visite n’a été autorisée. Les visites des familles ont du être annulées et ils n’ont pas pu rendre visite à leurs familles. Ils évoluent au sein de petites familles de 40 enfants qui suivent les cours, étudient et vivent ensemble dans nos Villages.
URGENCE CORONAVIRUS : Stocks de nourriture affectés
Au travers de la crise sanitaire mondiale du coronavirus, la principale inquiétude pour nos Villages et nos enfants est le prix et la disponibilité de la nourriture.  Nos enfants ont tous souffert de la faim avant d’intégrer nos Villages.  Il est très important de maintenir un approvisionnement suffisant de nourriture pour satisfaire les besoins alimentaires de nos 20.000 enfants à travers le monde. Imaginez-vous, 60.000 repas à servir par jour ?
QUE REPRÉSENTE LE CONFINEMENT DANS NOS 4 VILLAGES AUX PHILIPPINES AINSI QUE DANS NOS AUTRES VILLAGES À TRAVERS LE MONDE ?
Par Mme. Clare Bamberger, Responsable de l'information de la Chambre des Communes au Royaume-Uni et membre du Conseil d’Administration de World Villages for Children au Royaume-Uni (World Villages for Children est une fondation anglaise qui, tout comme Opération Terre des Enfants, aide les Villages pour Enfants des Sœurs de Marie dans le monde)
Une paire de chaussure pour un nouveau départ dans la vie !

Il y a tellement de choses que beaucoup d’entre nous tiennent pour acquises au quotidien.  Pourtant, des millions de personnes dans le monde vivent encore sans électricité et sans eau courante. Sans accès aux soins de santé.  Et puis, parmi ces choses que nous prenons pour acquises, il y a aussi les petites choses du quotidien auxquelles on ne pense pas toujours.  Les chaussures en font partie.

Témoignage d'une visite dans nos Villages au Honduras et au Guatemala
La combinaison de la formation académique et professionnelle avec une approche centrée sur l’enfant et l’ensemble de ses besoins pour grandir de manière équilibrée me paraît être la solution – confirmée par l’exemple des anciens élèves – pour voir reculer la pauvreté mondiale sur du long terme.