Skip to main content
Trash, Philippines, Education

La problématique de la pauvreté infantile.

Les enfants sont les plus affectés par la pauvreté. Bien que la pauvreté touche dramatiquement tous les êtres humains, la pauvreté infantile crée un environnement préjudiciable au développement de l’enfant tant au niveau de la santé mentale, physique, émotionnelle que spirituelle.

Ces profondes inégalités et les risques afférents portent atteinte aux droits des enfants et compromettent leur avenir. Ils perpétuent également les cycles intergénérationnels des disparités et des injustices qui mettent à mal la stabilité des sociétés, voire la sécurité des nations du monde entier.

Le développement ne sera durable que dans la mesure où il pourra être poursuivi et soutenu par les prochaines générations. Nous avons la possibilité de transformer les cercles vicieux en cercles vertueux, afin de permettre aux enfants pauvres d’aujourd’hui (en leur offrant les mêmes chances sur le plan de la santé, de l’éducation et de la protection contre les préjudices) de se mesurer sur un pied d’égalité à ceux issus de milieux plus aisés, une fois parvenus a l’âge adulte. 

Sans accéder à l’éducation, les enfants issus de l’extrême pauvreté n’ont que peu de chance de pouvoir s’extraire de la pauvreté à l’âge adulte. 

Pour de multiples raisons, la pauvreté semble presque héréditaire, non pas en raison de critères biologiques, mais - notamment - en raison du cercle vicieux de la pauvreté qui expose les enfants à une plus grande vulnérabilité en termes de santé physique et morale.  

La malnutrition génère des retards de croissance importants ayant un impact considérable sur la capacité à apprendre mais également sur sa capacité à se projeter dans l’avenir.

Si nous n’agissons pas d’ici 2030, plus de 60 millions d’enfants en âge d’aller à l’école primaire ne seront pas scolarisés ; environs 750 millions de femmes auront été mariées avant l’âge adulte et près de 70 millions d’enfants risquent de mourir avant leur cinquième anniversaire.                     (UNICEF)

Dans les pays en développement, le décrochage scolaire après le cycle primaire est très important.  Les estimations parlent d’une jeune fille sur trois qui abandonne l’école après les primaires.  

Pourtant, un lien est clairement établi entre le niveau de scolarisation  et le niveau de pauvreté.  Le décrochage scolaire s’explique tantôt par la faible qualité de l’enseignement reçu comparativement à son coût, tantôt par l’absence d’école secondaire à proximité du lieu de vie des enfants, tantôt pour des raisons sociales (mariages forcés, maternité précoce,...).  (WorldBank)

Nous parlons de cercle vicieux de la pauvreté car les familles en situation de pauvreté ne perçoivent pas de moyen d’en sortir et le gouvernement, face à une pauvreté trop importante, ne parvient pas à la prendre en charge.  Investir dans l’éducation des enfants est essentiel pour faire reculer la pauvreté à travers le monde.  

Les jeunes adolescents qui poursuivent leur cycle secondaire accèderont, d’une part, à un meilleur niveau de revenu et pourront assurer une vie sans pauvreté à leur future famille.  D’autre part, la scolarité secondaire permet de voir diminuer considérablement les mariages forcés, les maternités précoces, les taux de malnutrition et les cas de décès de jeunes enfants de moins de 5 ans. 

Le bénéfice humain et financier à voir reculer structurellement la pauvreté au niveau mondial est inestimable.  

Opération Terre des Enfants veut agir durablement sur la réduction de la pauvreté infantile en scolarisant de jeunes adolescents vivant dans l’extrême pauvreté.

Opération Terre des Enfants offre chaque année une éducation secondaire, une formation professionnelle, ainsi qu’un logement, trois repas équilibrés par jour et des soins de santé à plus de 20.000 enfants ayant vécu dans l’extrême pauvreté aux Philippines, au Mexique, au Guatemala, au Brésil et au Honduras. L’enseignement général et les formations professionnelles sont accrédités par les autorités du pays et dispensés par des professionnels rémunérés.  En offrant l’éducation secondaire générale et la formation professionnelle aux enfants issus de l’extrême pauvreté, Opération Terre des Enfants a l’ambition de faire reculer durablement la pauvreté à travers le monde.  

Depuis 50 ans, plus de 150.000 enfants sont sortis diplômés de nos Villages.  

Les élèves diplômés de nos écoles trouvent rapidement un bon travail dès leur cursus scolaire terminé.  Nous les aidons dans leurs recherches d’emploi en organisant des stages d’insertion professionnelle en partenariat avec de grandes entreprises implantées dans les pays ou nous avons nos Villages.  Nous participons également à des salons de l’emploi et assistons les enfants dans leur recherche de logement.

Une fois diplômés, les anciens élèves peuvent subvenir à leurs besoins et aider leurs familles à vivre dans la dignité.  Ils ont également appris à cuisiner dans les Villages ainsi que les règles d’hygiène de base.  En reconnaissance de la chance qui leur a été donnée, les anciens élèves assistent régulièrement les Sœurs dans leur mission.  Ils les accompagnent dans leurs missions de recrutement des nouveaux élèves, témoignent de leur parcours auprès des élèves et aident à l’organisation des fêtes d’anniversaire.  Certains accueillent également des élèves en stage au sein de leur entreprise.